# TEST Caméra Matterport PRO 2 scanner 3D à 360°

# Test caméra Matterport PRO 2: visite virtuelle 3D à 360°

Ce qui m’intéresse chez Matterport c’est le degré d’immersion qu’ils proposent. On parle alors de photogrammétrie 3D et cela me plait beaucoup ! Il me manquait le test de la caméra Matterport pour avoir fait le tour des caméras 360° du marché.

Mais, avant toute chose, chers/cheres ami(e)s puristes du 360°… l’heure est grave… je ne vous cache pas Ô combien je fus triste de constater que cette caméra/scanner révolutionnaire ne couvre pas le Zenith… ni le Nadir… NON MAIS ALLÔ QUOI ?!?!

Autrement dit le scanner ne couvre ni le sol ni le plafond… ce qui représente pour moi l’offense ULTIME (!) à l’univers tout entier de la visite virtuelle 360°… et au delà. Il couvrira donc 360° horizontalement et seulement 300° verticalement.

Et c’est pas fini !!! Pour fonctionner, Matterport “oblige” à un abonnement mensuel assez onéreux si l’on veut exploiter nos propres prises de vues… Rien que ça… Un Freemium reste accessible mais très vite limitant.

Des “compromis” assez hard à première vue mais voyons si l’on peut en tirer un intérêt.

 

* RAPPEL: tous les appareils présentés sur ce site ne sont pas sponsorisés !!

 

L’Unbox le plus rapide du monde !

Quelques questions par email et par téléphone en français via l’antenne française, suivi de quelques échanges e-mails avec le support technique en anglais, une réduction “spécial été” qui arrive à point nommé et hop, livraison conforme aux délais annoncés de 48h.

La caméra est livrée seule, avec son câble et boîtier de chargement, sans aucune solution de transport type sac ou mallette.

La caméra Matterport est de bonne facture, son design est primitif mais cela lui confère une apparence robuste. Un bloc de plastique noir avec une poignée, un mini écran LCD, les 3 capteurs 3D, les 6 optiques photo et… un seul bouton !

Vraiment étonnant ce boîtier minimaliste !

© photo Matterport

Prise en main

Une fois installé sur un trépied solide (la caméra pèse 3,4kg), un seul bouton ON/OFF et le boîtier se met en chauffe.

Quelques dizaines de secondes sont nécessaires avant de pouvoir connecter la caméra à votre application (disponible sur Iphone et Ipad et en beta sur Androïd en date de ce test).

Je suppose que les coordonnées GPS sont récupérées via la géolocalisation de l’Iphone (ou autres smartphone et tablette) du coup, n’ayant pas de puce dans mon Ipad, j’opte pour tester l’App via mon Iphone qui peut se connecter en Wifi à la caméra tout en restant connecté à Internet depuis sa 4G.

Connexion rapide et simple sans mot de passe.

“Nouvel espace” est un “Nouveau projet” dans le langage Matterport.

Pratique, la géolocalisation permet de pré-remplir la mini fiche descriptive du lieu de shooting avec son nom, son adresse, ses spécificités… histoire de bien classer ses dossiers en ligne et de s’y retrouver.

Le shooting peut commencer, la caméra dispose d’un moteur interne qui lui permet de tourner seule sur elle même et boucle le 360° x 300° en moins de 20 secondes. Dans l’exemple ci-dessous j’ai réglé le niveau du trépied à l’œil nu, sans niveau à bulle, pour voir comment il pouvait gérer cela. On peut en trouver sur les Insta360, c’est extrêmement pratique et vecteur de créativité.

L’Iphone et la caméra communique bien même à une distance de 10m dans un univers hautement métallique.

Première prise de vue terminée je reçois d’emblée une notification m’indiquant ceci:

Copyright Matterport

 

Le maillage 3D doit avoir besoin de plus d’infos X, Y et Z pour lui permettre de recréer l’architecture. Après plusieurs essaies infructueux, je décide alors de commencer non pas par l’extérieur mais proche d’un mur pour lui donner plus de “matière Z à mouliner”. Cela fonctionne bien mieux et dès que je m’écarte un peu il me rappel à l’ordre avec plusieurs notifications. Je comprends qu’il faille resserrer les écarts entre les prises, de 1,5m je passe à environ 50 cm. Je me colle alors aux œuvres histoire de lui permettre de récupérer les marqueurs verticaux nécessaires à l’élaboration de son plan 3D.

Disons d’emblée que les extérieurs ne sont pas facile à prendre et qu’un ordre, une logique de maillage 3D reste à être assimilée pour bien maîtriser la caméra. Idem pour les intérieurs et la question des portes:

  • porte fermée: il ne reconnaitra pas la pièce qui se cache derrière
  • porte ouverte: cela peut être délicat ou tout simplement impossible dans beaucoup de cas notamment dans des petits espaces

Il se plait beaucoup mieux dans les intérieurs car son nombre de repères augmente considérablement. Pour les portes on peut les entrebâiller de sorte de lui donner un aperçu de repère devant et derrière la porte pour lui permettre de “comprendre” l’architecture du lieu à shooter.

Et oui il faut savoir parler avec sa machine 😉 la comprendre quoi !

À savoir que chaque prise de vue 3D non acceptée dans le plan est proposée d’être transformée en vue 360° qui pourra être insérée manuellement plus tard dans l’outil d’édition en ligne et ainsi être intégrée à la visite virtuelle finale. Au final cet outil s’avère très pratique car il permet de garder tout de même l’effet d’immersion entre les vues.

Possibilité d’intégrer directement les étages du projet. Aucune limite de nombre de prises par espace.

Une autre notification:

 

La plateforme / Cloud Matterport

Prises de vues terminées, le transfert est vraiment rapide même avec mon abonnement SOSH d’entrée de gamme 🙂

Attention ! Un délais est nécessaire pour le traitement des images, ce n’est pas automatique, ce qui oblige à patienter entre le shooting et l’accès au rendu.

Je ne sais pas si le temps de traitement dépend du nombre de vues par espace mais je le suppose alors pour avoir une idée de délais voici un exemple: 35 panoramas 3D ont nécessités un peu moins de 2h de traitement pour être en ligne et disponible sur mon espace, décalage horaire compris (je ne sais pas si une action manuelle est requise de leur côté, 9h de décalage avec la Californie (!) pour info pendant ce test, j’ai fini de charger le tout sur la plateforme vers 12h30 heure française pour un rendu accessible vers 14h30 heure française).

Un e-mail m’avertis que mon projet est prêt.

Gif automatiquement créé par Matterport

Rendez-vous en ligne dans l’outil d’édition capable de gérer:

  • le point de vue de départ des vues
  • d’ajouter les vues 360° (non 3D) au projet en les plaçant sur notre plan (drag & drop)
  • d’exporter des photos tirées des vues
  • d’ajouter des Mattertags (vignettes informatives avec images, vidéos, liens…)
  • un outil de mesure est également mis à dispostion

On peut décider de rendre publique ou privé son espace, de partager le lien avec ou sans mot de passe ou d’intégrer en <iframe> la capsule de rendu sans possibilité de personnalisation.

L’abonnement mensuel

J’ai vraiment eu du mal à comprendre l’idée de l’abonnement ! Payer pour exploiter mes propres prises de vues je comprenais pas. Je suis de l’ancienne école et pour moi le traitement après shooting est important car c’est à ce moment là que tout se passe et cela représente 70% du travail. 70% !

Alors justement, après réflexion, 70% du boulot ça représente beaucoup.

J’ai la chance de travailler au musée La Demeure du Chaos qui accueil les évolutions technologiques comme des cadeaux de l’univers et mon Boss m’a rappelé que 70% du travail contre 62€/mois méritait de se pencher sérieusement sur cette idée ! Oui, mon Boss est fantastique 😉

Donc après le shooting, Matterport gère tout ! et offre quelques outils en ligne pour personnaliser son rendu.

L’espace une fois photographié (photogramméphié ?!) il vous suffit de “charger” sur la plateforme via Wifi ou 3G/4G.

Espace serveur ? ils gèrent

Montage des vues (stitching) + animation + plan 3D ? Ils gèrent

Perte des données ? Ils gèrent

Performance du serveur ? Ils gèrent

Mises à jour du soft ? Ils gèrent

Exportation des données ? Ils gèrent

Ces points sont vraiment positifs si le flux et les tests en internes sont à la hauteurs, à voir donc dans le temps.

Reste le problème de la mise en ligne des espaces sur Google Street View. C’est une option PAYANTE en sus de l’abonnement PRO !

Place à l’exemple ! Bonne visite 😉

#1 LA COURS DES PAPES (espace interdit au public)

#2 LES PORTEURS DE CENDRE

Terrain de jeu: La Demeure du Chaos

Les points positifs +

La batterie (vraiment à la hauteur, après 1h de shooting elle affiche tranquillement “9h45 d’autonomie restante” (!))

La simplicité d’utilisation: 1 bouton + 1 application = de la 3D à 360°

La gestion complètement automatisée des prises de vue (balance automatique des blancs) pour un rendu de très bonne qualité dans des conditions vraiment dérangeantes de contre-jour, d’exposition plein soleil dans les optiques, de différentes profondeurs de champs.

Le prix (dans le cas d’une caméra type Iphone ou Insta360 + un abonnement à 8,99€/mois pour accéder à ce niveau d’immersion c’est du jamais vu)

Pas de transfert donc pas de câble USB ou de carte SD, tout se fait par le Cloud

Les mini vidéos teasers automatiquement créées pour chaque espace 😉

L’abonnement mensuel qui prend en charge 70% du travail ainsi que les mises à jour du soft.

Les points négatifs –

Pas de Zenith

Pas de Nadir (ni même la possibilité d’intégrer un logo…)

Pas de poignée sur le haut du boîtier ? Ce serait pourtant une bonne aide pour visser la caméra en toute sécurité sur le trépied car là c’est un peu épique avec une poignée sur le côté (!) et ses 3,4kg.

L’abonnement mensuel onéreux à long terme

L’impossibilité de récupérer les images 360° pour nous permettre de les exploiter ailleurs que uniquement via le cloud Matterport. On se sent bien “pris au piège” d’un abonnement à vie, option très rentable pour eux mais peu pour nous. À quand l’ouverture des données pour les abonnements PRO ?

Google Street View: en tant que PRO, payer en plus de son abonnement pour publier son travail sur Google Street View c’est nul

Seulement 1 vidéo teaser (sous plusieurs formats) créée automatiquement. Sans le choix du point de vue. Une seule vidéo ce n’est pas assez pour créer les effets d’annonces souhaités sur les réseaux.

Le manque de personnalisation de l’outil d’édition en ligne (je pense notamment à un outil de floutage pour nous permettre de masquer des éléments des vues: visages, plaques d’immatriculation, documents confidentiels…)

Le manque de personnalisation de l’outil de partage <i-frame>

Conclusion

L’abonnement gère 70% du travail, celui de post-production qui est disons le clairement le plus difficile à réaliser. L’abonnement gère l’hébergement – la bande passante également donc – ainsi que les problèmes en tout genre liés à la post-production. Il permet à l’équipe Matterport de faire évoluer toute la machinerie sans nous imposer les problèmes des mises à jour et autres bugs liés. Une charge de travail en moins, des nerfs apaisés par la suppression des upgrade de Firmware ou autres updates mensuelles impossibles… un outil qui offre un rendu 360° en 3D unique… il y à clairement des atouts considérables, tout dépend de l’utilisation que l’on souhaite en faire.

Le pendant de tout cela est le manque cruel de liberté, et le coût d’un abonnement PRO ne compense pas le manque de personnalisation.

Payer en plus de l’abonnement un forfait pour mettre en ligne chaque espace sur Google Street View en tant que photographe agréé c’est franchement désagréable. Mais je n’ai pas encore testé, peut-être que l’outil développé pour mettre en ligne automatiquement sur Google justifiera le coût.

D’autre part, j’espère que Matterport va approfondir ses outils d’Édit en ligne afin de pouvoir personnaliser à 100% ses propres rendus.

Un abonnement PRO devrait permettre d’exporter les images 360° pour une utilisation sur d’autres plateformes et sous d’autres formes de rendu plus personnalisés.

Côté rendu je suis bluffé. 20 années dans le 360° et je suis littéralement surpris par la qualité des images. L’immersion est superbe et l’utilisation dans son ensemble est accessible car ultra-simplifiée sachant qu’on a entre les mains un vrai outils de géomètre.

Le PLAN 3D lié à l’immersion 360° offre au grand public une technologie jusqu’à lors réservée aux professionnels (architectes, géomètres…Etc.) et rend tout cela disponible sur un simple smartphone !

Avec un masque VR c’est renversant ! L’immersion attendue est au rendez-vous.

Ce n’était qu’un premier test et je suis loin de ben maîtrisé les outils mais je dois avouer que j’ai qu’une hâte c’est de retourner scanner différents endroits !

Il offre un potentiel de créativité super intéressant et nous donne une vision 3D que nous attendions dans l’univers du 360°.

 

J’espère que cet article vous est utile ! Faite-le moi savoir en commentaire 😉

D’autres visites virtuelles sur le même thème c’est par ICI

3 Replies to “# TEST Caméra Matterport PRO 2 scanner 3D à 360°”

  1. NOTE DE L’AUTEUR:
    – Depuis la création de cet article j’ai pu testé l’outil d’intégration Google Street View qui est vraiment à la hauteur ! Il récupère l’ensemble de l’espace scanné et vous permet de le positionner très simplement l’ensemble des points d’un seul coup !

    – On peut finalement extraire les vues 360° des scanner réalisés pour les utiliser autrement que via l’application Matterport, voici des exemples de vues 360° tirées d’un scan: http://bricegenevois.com/vue_panoramique/matterport/extraits-360/

  2. Bonjour Brice
    Merci pour tes articles et commentaires qui sont fouillés et instructifs.
    Je m’intéresse à Matterport pour sa facilité et sa qualité, mais je m’interroge sur l’opportunité de commencer avec une plus petite 360, comme la One X ou la ricoh T Z

    1. Bonjour Frederic, merci pour ton message. Pour quelle utilité en as-tu besoin ?

Laisser un commentaire